Accueil du site Accueil du site > Social et santé > La protection de l’enfance > 7ème journée Départementale de la protection de l’Enfance

7ème journée Départementale de la protection de l’Enfance

Le Département de la Haute-Loire a organisé sa 7ème journée de la protection de l’enfance le 18 novembre dernier.

Cette journée répond à l’un des objectifs du schéma départemental de la protection de l’enfance qui prévoit l’organisation annuelle d’une journée consacrée à la protection de l’enfance afin de développer la réflexion et les échanges entre tous les acteurs de la protection de l’enfance, d’harmoniser leurs pratiques et de construire une culture commune.

Lors de cette septième journée, 3 intervenants ont apporté leur expertise :
  • 7ème journée de la protection de l'enfanceSerge Escots, anthropologue, thérapeute familial, consultant en pratiques médico-sociales, chercheur en sciences sociales, professeur de psychologie clinique, et il a fondé et dirige l’Institut d’anthropologie clinique à Toulouse. Il a évoqué les évolutions de la famille et les problématiques de la protection de l’enfance.
    Téléchargez sa présentation au format PDF

  • Sylvie Zucca, psychiatre, psychanalyste à Paris, a sollicité le Président en ouverture de journée sur les perspectives du Département en matière de développement de sa politique de protection de l’enfance. Après chaque intervention, elle invitait à questionner les expertises croisées des intervenants.

  • Maurice Berger, ancien chef de service en psychiatrie de l’enfant au CHU de Saint Etienne, ex-professeur associé de psychologie à l’Université Lyon 2 et psychanalyste psychologue, psychanalyste. Son intervention s’intitulait : Protection du développement de l’enfant et évaluation des compétences parentales.
    Téléchargez sa présentation au format PDF.
    Maurice Berger propose également en PDF un document intitulé "Recherche Saint ex 2011-2015".

Les années précédentes

Les éditions précédentes ont permis aux professionnels présents, soit les travailleurs sociaux du Département (Service Social ; Service de Protection Maternelle et Infantile ) et Service ASE (Aide Sociale à l’enfance) ainsi qu’à l’ensemble de leurs partenaires extérieurs concourant à la protection de l’enfance (Éducation nationale, Justice, Services de pédiatrie, de pédopsychiatrie, mairies, centres de loisirs, milieu associatif, maisons d’enfants, services spécialisés, crèches etc…) de croiser leurs regards avec l’apport des intervenants sur différentes thématiques :
protection de l'enfance- Haute-Loire
  • La loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l’enfance et son contenu ont fait l’objet de la 1ère journée.
  • La 2ème journée a été centrée sur la relation d’aide aux familles, l’un des piliers de la loi du 5 mars 2007.
  • La 3ème journée a permis de revenir sur la loi du 5 mars 2007 et d’interroger les pratiques professionnelles.
  • Lors de la 4ème journée, le soutien à la parentalité s’est à nouveau imposé comme thématique majeure pour les professionnels.
  • La 5eme journée, baptisée Il était une fois des bébés et des professionnels… Agir à temps… a eu comme objet d’étude les tout petits.
  • La 6ème journée était, quant à elle, consacrée aux adolescents.

La protection de l’enfance dans le département :

  • un budget Enfance-Famille (ASE, PMI et Foyer de l’Enfance) conséquent de 24,6M€ en 2015, en augmentation sur 2016
  • 123 assistants familiaux embauchés par le service de l’Aide sociale à l’Enfance (ASE)
  • 614 enfants confiés à l’Aide Sociale à l’Enfance (+30% depuis 2013) enfants confiés à l’ASE, en placement classique : famille d’accueil, maison d’enfant, Foyer de l’enfance ou en placement externalisé : les enfants restent au domicile familial mais bénéficient d’un suivi éducatif renforcé
  • 387 informations préoccupantes en 2006 et 592 informations préoccupantes recueillis concernant 847 enfants à l’automne 2016.

Une difficulté est soulignée par les Elus : celle de constater une augmentation annuelle des dépenses sans parvenir à la maîtriser.
Il convient de rappeler que si le budget consacré à l’ASE était de 18,6 M€ en 2014, il s’élevait à 19 M€ en 2015 et à 23,7 M€ (soit + 4,8%) en 2016.

Pour l’atteindre, nous devons gagner en lisibilité des actions et des dispositifs de protection de l’enfance.
Il faut être en capacité de revoir et adapter nos dispositifs de travail en commun, pour être plus pertinent et efficace en termes de prévention, de repérage de situations de carences éducatives, de maltraitances graves et de prises en charge.

protection d'un bébéLe rôle du Département est bien celui de chef de file de la protection de l’enfance et le Président du Département souligne qu’est venu le temps de faire un point objectif et lucide sur ce qui marche et sur ce qui ne marche pas dans notre organisation et notre fonctionnement.

La contrainte budgétaire est présente mais elle n’est nullement un frein à la réflexion. Au contraire, elle doit engendrer une responsabilisation de chacun et favoriser ainsi un travail collectif pour adapter et faire évoluer les réponses.
Il nous faut aller de l’avant et c’est bien l’intention des Elus du Département d’impulser ce vaste chantier car renoncer à cela serait renoncer à notre propre avenir.
© Département de la Haute-Loire - mentions légales | Plan d’accès au Département de la Haute-Loire et coordonnées | Plan du site | rss  Flux RSS | facebook  Rejoignez-nous sur Facebook
facebook